A la Maison des journalistes … rencontre avec un journaliste qui a connu de grandes mésaventures

À Paris se dresse la Maison des Journalistes (MDJ), qui est un havre de sécurité pour de nombreux journalistes, issus de média de 87 pays différents. La MDJ est dotée de 14 chambres. Cette institution est financée par des médias tels que l’AFP, Radio France, Mediapart… Elle accueille des journalistes en danger, qu’ils soient menacés par des conflits armés, la propagande, ou la persécution religieuse. C’est là que ces hommes et femmes courageux trouvent refuge, loin des pressions et des menaces qui pèsent sur leur vie et leur liberté d’expression.

Parmi eux se trouve Alhussein Sano, un journaliste guinéen dont la voix s’est élevée contre le régime oppressif de son pays. Ancien ingénieur en communication, Al Sano nous raconte pourquoi il a dû fuir son pays.

Au départ le journaliste nous a parlé de la situation politique de la Guinée. Il nous a expliqué que les présidents ont tous fait des coups d’Etat, et nul n’a été élu par un vote libre. Ce journaliste avait sa propre émission télévisée, et avait aussi tourné un documentaire sur le mouvement civique d’opposition en Guinée. Après avoir critiqué le nouveau gouvernement et refusé de soutenir un troisième mandat présidentiel, Sano a donc été menacé de mort, et a été forcé de fuir son pays, il a dû abandonner ses projets, ainsi que sa famille. Il a donc préféré fuir du pays grâce à l’aide de sa sœur qui était policière et de son médecin. Après une année d’attente pour obtenir l’asile, Sano a finalement trouvé refuge en France. Son récit poignant et sa détermination lui ont valu une place à la Maison des Journalistes, symbole de la lutte pour la liberté d’expression dans le monde.

Ce journaliste nous a captivés pendant deux heures avec son histoire. Il était si attachant et son discours était tellement intéressant. Il envisage même de devenir professeur en France et d’abandonner complètement son métier de journaliste.

Ikram et Oumaïma, élèves de 1ère, février 2024