Voyage à Paris, dans les rédaction du Monde et de Médiapart…deux fonctionnements différents…

Deux structures différentes, deux fonctionnements différents

Pendant notre voyage à Paris nous avons pu visiter de nombreuses rédactions telles celles de Médiapart et du Monde. . Nous avons longuement discuté avec des journalistes, rédacteurs en chefs, visiter les locaux

Mediapart

C’est un journal numérique, dont la ligne éditoriale est située à gauche. Il compte 60 journalistes et publie 10 à 15 articles par jour.

Ce média, dont le président actuel est Edwy Plenel, est indépendant et ne reçoit aucun financement. Il dépend seulement de ses abonnés. 

Apparu en 2008, il a gagné une grande popularité et représente maintenant l’un des journaux les plus lus, malgré son nombre moindre de journalistes.

En effet, les journalistes traitent tous les sujets sans jamais se brider. 

Le Monde

Anciennement dirigé par Edwy Plenel … compte quant à lui 540 journalistes répartis dans 25 services. C’est une des plus grandes rédactions des quotidiens français actuels.

Plutôt centre gauche en termes de valeur, Le Monde est progressiste, en faveur de l’Europe et pour l’ouverture des frontières. 

C’est est un média notamment détenu par : Xavier Niel et Mathieu Pigasse (groupe « Le Monde »), mais aussi par ses journalistes.

Mais alors sont-ils indépendants ? En effet, si Le Monde est financé par des personnes puissantes et ses publicités, peut-il dire tout ce qu’il veut ? Oui, l’indépendance économique et éditoriale sont à dissocier. 

On remarque déjà que ces deux médias fonctionnent de façon différente. 

 

Cependant des choses similaires à ces deux médias 

Que ce soit pour Le Monde ou Mediapart, l’intelligence artificielle prend sa place au sein des médias. Généralement utilisée pour la traduction rapide d’articles ou, dans le cas du Monde pour produire des versions audio d’articles. Cependant elle n’est pas près de remplacer le journalisme. Elle n’est pas autonome, les traductions sont toujours vérifiées par des traducteurs. L’intelligence artificielle pourrait aussi servir à développer des formats qui peuvent être intéressants pour les lecteurs (comme des résumés d’article). Elle n’écrit ou ne crée aucun article.

Ces deux rédactions témoignent aussi d’une relation difficile avec le gouvernement. Les journalistes ont du mal à être en lien avec E. Macron, qui est assez avare en informations. Les rencontres étant limitées avec les journalistes.

 

Durant le voyage nous avons pu assister à la conférence de rédaction des deux journaux. Ces deux conférences sont assez éloignées. Tout d’abord, la conférence de rédaction du Monde est assez cadrée, seuls les chefs de service et leur adjoint ont le droit d’y participer. De plus, on remarque rapidement qui est la rédactrice en chef car elle encadre la réunion. Différant de ce mode de fonctionnement, la conférence de rédaction de Mediapart est très chaleureuse. Tous les journalistes sont autorisés à y assister et à y participer, et la rédactrice en chef y exerce moins d’autorité. La conférence est ponctuée d’humour ce qui montre la liberté que peuvent prendre les journalistes et ajoute de la joie. De plus, l’organisation des locaux de Mediapart est conviviale. Les journalistes travaillent tous dans une même grande pièce remplie de plantes et de livres tandis que pour Le Monde, les journalistes sont répartis selon leur spécialité dans des parties différente d’un très grand immeuble, qui est à lui seul le siège du groupe le monde et de ses différents médias (Le Monde, Télérama etc.).

Enfin nous pouvons ajouter, d’après les chiffres qui nous ont été donnés, que les deux journaux sont assez paritaires mais ont encore des progrès à faire au niveau des journalistes racisés qui sont peu présents.

Gabin, Anna, Margot, élèves de 1ère, février 2024