Voyage à Paris : retour sur notre visite à « Télérama »

« Télérama » est un journal culturel qui publie tous les mercredis un magazine papier. Crée en 1947, le média nous accueillis, à Paris, dans ses bureaux, pour découvrir le monde du journalisme. Voici ce que nous avons pu apprendre :

  1. Les actionnaires

Aujourd’hui, le journal fait partie du groupe « Le Monde » dirigé principalement par Xavier Niel et Matthieu Pigasse. Cependant, ces actionnaires n’ont pour rôle que de financer les journaux, ils ne peuvent pas se prononcer sur ce qui va paraître dans les articles comme le ferait le rédacteur en chef. Celui-ci est élu par les salariés et Xavier Niel n’a aucun droit de véto.

  1. Notations

Télérama note la plupart des sorties cinéma mais aussi les films et les séries des plateformes de streaming telles que « Netflix » ou « Disney+ ». Le nombre de « T » est une appréciation qui permet de savoir si le film est bon ou mauvais.

  • – : « Hélas »
  • T : « Bof »
  • TT : « Bien »
  • TTT : « Très Bien »
  • TTTT : « Bravo »
  1. Télérama et la jeunesse

Le média se rajeunit et tente de se créer une place dans la culture des jeunes, notamment, grâce à la critique de films et séries des plateformes de streaming mais aussi de podcasts. D’ailleurs, Squeezie, la grande star du web français, a fait la couverture du magazine en septembre dernier.

  1. Ligne éditoriale

Le journal défend des valeurs telles que le féminisme, l’humanisme, et la liberté de presse. En effet, nous parlons de valeurs et non d’un parti politique. « Télérama », et les autres journaux que nous avons rencontrés, nous ont expliqué que la ligne politique était un mythe. En effet, le but d’un journaliste n’est pas de montrer une vision binaire droite-gauche mais d’éclairer les contradictions de l’action politique.

  1. La critique

Un journaliste nous a expliqué que lorsqu’on critique, il faut toujours argumenter. La critique  peut être négative mais aussi positive. D’ailleurs, la plupart des journalistes rencontrés nous ont expliqué qu’il était plus facile de critiquer un mauvais film qu’un bon film. Les défauts sont toujours plus faciles à énoncer que les qualités.

      6. Les documentalistes

Il y a plus de 200 salariés à « Télérama ». Seulement 70 journalistes ont une carte de presse, il y a donc nombreux d’autres métiers dans ce milieu. Par exemple, les documentalistes. En effet, ils se renseignent  sur la personne  que le journaliste va interroger pour permettre à celui-ci de poser des questions pertinentes et  permettent d’apporter de nouvelles informations sur l’interviewé. Cela renouvelle ainsi le contenu.

Lily, élève de 1ère, février 2024